Communiqués

 

Application StopCovid : nous veillerons au respect des libertés et des droits fondamentaux

 

Le Parlement français a adopté, le mercredi 27 mai, la mise en place de l’application de traçage numérique StopCovid dans le cadre des mesures prises pour freiner la propagation de la pandémie de Coronavirus.

 

En plus des mesures draconiennes déjà prises par une majorité d’entre eux, certains États membres ont jugé bon de franchir une étape supplémentaire dans la lutte contre la pandémie, avec le traçage des citoyens.

Pour la Délégation de la gauche sociale et écologique, l’application StopCovid développée pour le Gouvernement Français n’est pas convaincante : « L’état d’urgence sanitaire rogne déjà les libertés fondamentales des citoyens. Les applications de traçage sont brandies comme une panacée alors même que leur efficacité n’est pas démontrée, tout particulièrement si un pourcentage insuffisant de personnes l’installent ; c’est ce qui a été mis en évidence dans les pays qui l’utilisaient », déplore Sylvie Guillaume, eurodéputée socialiste, membre des Commissions des libertés civiles et du marché intérieur au Parlement européen.

Cette décision arrive tardivement et est présentée comme pouvant protéger les utilisateurs, alors qu’elle ne saurait que les informer.

« Si ces applis sont mises en place, il est primordial que les citoyens aient des garanties claires sur les questions liées à la protection de leurs données et leur vie privée, et ce, conformément aux législations de l’UE. Il est hors de question de laisser la pandémie de Covid-19 miner les acquis européens en matière de droits fondamentaux ! » prévient l’eurodéputée.

Pour les eurodéputés S&D français, l’utilisation de ces applications doit être strictement limitée au traçage des contacts et les données doivent être supprimées au plus vite. Plus important encore, ces applications ne doivent être téléchargées que sur base volontaire et ne peuvent en aucun cas constituer une condition à l’accès au déconfinement, à un service quel qu’il soit, ou au passage d’une frontière au sein de l’espace Schengen : « De même, la question de leur gouvernance est posée, tout autant que doit être proscrite l’exploitation commerciale, ou à d’autres fins que la gestion de cette pandémie ».

Avant de conclure : « Un tel dispositif nécessiterait également une approche européenne coordonnée afin de garantir son interopérabilité transfrontalière et la protection indiscriminée des droits fondamentaux dans toute l’Union ».

Sylvie Guillaume

Publié le 28 mai 2020 à 10h05


Partager l’article

Actualités

Les derniers articles

Appel à la Commission européenne à adopter le Nutriscore
Au parlement

Appel à la Commission européenne à adopter le Nutriscore

Les « Big Four » (et les autres) : attention aux dommages collatéraux
Au parlement

Les « Big Four » (et les autres) : attention aux dommages collatéraux

Nouvelles voies de migration légale de travail : la Commission européenne doit s’engager pleinement
Au parlement - Vidéos

Nouvelles voies de migration légale de travail : la Commission européenne doit s’engager pleinement

Coopération avec les pays tiers, deux poids deux mesures ?
Au parlement - Vidéos

Coopération avec les pays tiers, deux poids deux mesures ?