Avec France Terre d’Asile à l’Assemblée nationale : quelles solutions pour les personnes en besoin de protection en dehors de l’Europe ?

 

Ce jeudi, j’ai participé au colloque organisé à l’Assemblée Nationale, « L’Europe face à la question de l’asile », parrainé par le député Jacques Maire.

 

J’ai le plaisir de collaborer depuis de nombreuses années avec France Terre d’Asile, une association de solidarité française dont l’objet est le soutien aux demandeurs d’asile et la défense du droit d’asile en France. À travers à la fois un travail sur le terrain dans la gestion de l’accueil et un engagement au niveau du plaidoyer, cette organisation de référence poursuit l’objectif de construire « une Europe des migrations protectrice, solidaire, juste et citoyenne ».

Avec des orateurs du Haut-Commissariat de l’ONU pour les réfugiés (HCR), de l’ONG ProAsyl et du CNRS, j’ai participé à la table-ronde : « Quelles solutions pour les personnes en besoin de protection en dehors de l’Europe ? », qui nous a permis d’aborder de nombreux sujets au travers de la récente crise afghane.

Dans mon intervention, j’ai indiqué que les pratiques des États-membres ainsi que les propositions législatives du Pacte asile et migration montrent une tendance très nette à externaliser la politique d’asile aux frontières et dans les pays tiers.

Cette mesure, déjà contestable, s’accompagne de plus en plus souvent de pratiques violentes et en violation du droit international et européen. Tout ceci est documenté grâce à des vidéos, notamment les refoulements à la frontière de la part des autorités croates, grecques et roumaines. À ce sujet, j’ai rappelé que mon groupe politique des Socialistes & Démocrates au Parlement européen a formellement demandé à la Commission européenne de lancer des procédures d’infraction pour les pays concernés par l’enquête, afin d’assurer une tolérance zéro face à ces violations et de refuser que ces pratiques soient normalisées dans le débat public et institutionnel.

Nous sommes revenus également sur l’expérience récente en Afghanistan pour échanger sur des solutions potentielles pour les personnes en besoin de protection qui se trouvent en dehors de l’Europe. Parmi les propositions, nous avons évoqué la nécessité d’ouvrir des voies légales et sécurisées.

Nous avons conclu que l’intensification des programmes de réinstallation, la mise en œuvre des visas humanitaires et le renforcement de la réunification familiale, sont parmi les moyens d’éviter des migrations meurtrières et permettre une meilleure intégration et un accueil plus digne dans nos sociétés.

Sylvie Guillaume

Publié le 28 octobre 2021 à 14h10


Partager l’article

Actualités

Les derniers articles

Mobilité des étudiants de l’enseignement et de la formation professionelle
Communiqués

Mobilité des étudiants de l’enseignement et de la formation professionelle

PEGASUS en Grèce : de sérieuses alertes sur l’Etat de droit
Communiqués

PEGASUS en Grèce : de sérieuses alertes sur l’Etat de droit

sylvie-guillaume
Communiqués

Il faut protéger le droit à l’unité familiale

Contrôles aux frontières intérieures dans l’espace Schengen : il est temps de rétablir pleinement la libre circulation
Communiqués - Vidéos

Contrôles aux frontières intérieures dans l’espace Schengen : il est temps de rétablir pleinement la libre circulation