Au parlement

 

Le combo : libre circulation-tourisme- confiance des consommateurs

 

« L’été n’est pas perdu » : c’est le mantra de la Commission depuis la semaine dernière. Et on la comprend ! Même s’il est encore difficile de se projeter, force est de constater que le tourisme -ou plus largement « l’écosystème touristique » si on adopte le nouveau jargon qui englobe les voyages, les transports, l’hébergement, l’alimentation, les loisirs ou la culture- contribue à près de 10% du PIB européen et emploie plus de 27 millions de travailleurs.

 

La Commission a donc présenté des orientations et des recommandations pour accompagner les Etats membres dans la reprise d’activité dans ce domaine et prévenir le manque de coordination observé lors du retour des frontières intérieures de l’espace Schengen au début de la crise en mars.

C’est d’ailleurs par cette porte du tourisme que la question de la levée des restrictions aux frontières et du rétablissement de la circulation des personnes fait finalement son retour, avec la présentation d’une approche progressive et conditionnée au respect de principes de précautions sanitaires nécessaires¹. Un autre principe est érigé après des annonces inquiétantes de la part de certains Etats-membres : celui de la non-discrimination. Les arrangements bilatéraux entre Etats membres pour les déplacements de vacanciers, discriminant certaines nationalités sont considérés comme inacceptables.

Mais cela suffira-t-il pour relancer la confiance des consommateurs entamée par les annulations de vols et de voyages du début de crise et leur faire dépasser le « syndrome de la cabane » ? Peut-être, avec le rétablissement progressif des transports et l’élaboration de protocoles sanitaires pour les établissements d’hébergement tels que les hôtels, triplé d’une recommandation sur les bons à valoir sur les voyages.

Comme il fallait s’en douter, les applications de traçage des contacts² sont inclues dans cette stratégie comme un élément permettant d’accompagner le processus. Ici, c’est leurcaractère interopérable qui est présenté comme un outil rassurant. De quoi être encore particulièrement vigilants quant à toute violation du caractère volontaire du téléchargement de ces applications ou encore à la mise en place d’éventuelles conditionnalités au déplacement.

 

 

1. situation de l’épidémie des deux côtés de la frontière, possibilités d’appliquer des mesures de confinement tout au long du trajet, considérations économiques et sociales permettant la reprise d’activité dans les bassins transfrontaliers.
2. qui doivent permettre d’être alerté si on a croisé une personne qui s’est révélée être contaminée.

Sylvie Guillaume

Publié le 20 mai 2020 à 11h05


Partager l’article

Actualités

Les derniers articles

Appel à la Commission européenne à adopter le Nutriscore
Au parlement

Appel à la Commission européenne à adopter le Nutriscore

Les « Big Four » (et les autres) : attention aux dommages collatéraux
Au parlement

Les « Big Four » (et les autres) : attention aux dommages collatéraux

Nouvelles voies de migration légale de travail : la Commission européenne doit s’engager pleinement
Au parlement - Vidéos

Nouvelles voies de migration légale de travail : la Commission européenne doit s’engager pleinement

Coopération avec les pays tiers, deux poids deux mesures ?
Au parlement - Vidéos

Coopération avec les pays tiers, deux poids deux mesures ?