Mission de la Commission LIBE en Bosnie-Herzégovine : la situation des migrants inquiète les députés européens

Sylvie Guillaume a conduit une délégation de la Commission LIBE en Bosnie-Herzégovine du 22 au 25 mai. Le but était notamment de faire le point sur la situation des migrants présents dans ce pays et les allégations de refoulement à la frontière avec la Croatie. Le constat est alarmant, retrouvez les conclusions de la délégation dans le communiqué de presse ci-dessous

Communiqué de presse : Les députés européens des libertés civiles concluent leur visite en Bosnie-Herzégovine

La Commission des libertés civiles du Parlement européen s’est rendue en Bosnie-Herzégovine du 23 au 25 mai afin de recueillir des informations de première main sur la situation des migrants dans le pays.

La délégation était composée de Sylvie GUILLAUME (S&D, FR), en tant que cheffe de délégation, Abir AL-SAHLANI (Renew), Bartosz ARŁUKOWICZ (PPE) et Anne-Sophie PELLETIER (La Gauche).

L’objectif de la visite sur le terrain était de permettre aux députés européens d’évaluer la situation des migrants en Bosnie-Herzégovine et de voir quel impact a eu sur le terrain le démarrage du nouveau mécanisme indépendant de surveillance des frontières mis en place par la Croatie en 2021. Le programme détaillé de la visite est disponible ici.

Après la visite, Sylvie Guillaume, cheffe de la délégation, a déclaré :

“Nous tenons tout d’abord à saluer les efforts déployés par le gouvernement, les autorités locales, les agences internationales et les ONG, pour l’accueil des migrants et la gestion des centres d’accueil temporaire. Toutefois, nous pensons qu’il reste encore beaucoup à faire, compte tenu du fait que la Bosnie-Herzégovine est désormais à la fois un pays d’accueil et de transit. Il faut assurer un accès effectif aux procédures d’asile.

L’objectif de cette visite était d’évaluer la situation des migrants séjournant en Bosnie-Herzégovine, qui, dans la plupart des cas, entrent dans le pays, déterminés à atteindre l’Union européenne comme destination finale. La délégation a accordé une attention particulière à l’impact des récents développements qui ont eu lieu à la frontière avec la Croatie, notamment la mise en œuvre du mécanisme de surveillance des frontières récemment établi.

Nous sommes très préoccupés par le manque d’indépendance, de crédibilité et d’efficacité de ce mécanisme. En effet, les développements des dix derniers mois ont confirmé que le manque d’indépendance financière et opérationnelle et la faiblesse du mandat empêchant ainsi le mécanisme d’assurer une surveillance impartiale et crédible des activités frontalières et d’identifier et de traiter les mauvais comportements des policiers et les violences commises par ces derniers.

Forts de ce constat, les membres de la délégation de la Commission des libertés civiles demanderont des informations supplémentaires sur les conclusions initiales du mécanisme et les circonstances ayant abouti au retrait de ces conclusions, ainsi que sur le statut des enquêtes en cours.

Nous avons parlé à de nombreux migrants qui se trouvent dans des situations inhumaines à la frontière entre la Bosnie et la Croatie. Nous sommes extrêmement préoccupés par la poursuite des refoulements menés avec violence par la police aux frontières croate.

Les membres notent avec inquiétude le manque de coordination entre les différents niveaux des autorités gouvernementales de Bosnie-Herzégovine en ce qui concerne la gestion des migrations et la distribution des fonds européens.

Nous devons assumer nos responsabilités aux frontières de l’Union et garantir les droits fondamentaux de ceux qui tentent de passer dans l’UE. Nous avons besoin de solutions durables fondées sur la solidarité et le partage des responsabilités. Tout en reconnaissant que la Bosnie-Herzégovine est confrontée à un défi démographique et une fuite des cerveaux, notamment des jeunes, la délégation du Parlement européen insiste sur la nécessité de mettre en place des voies d’accès légales à l’UE.”

Contexte

Dans sa résolution sur les rapports 2019-2020 de la Commission sur la Bosnie-Herzégovine, le Parlement européen s’est inquiété de la pression migratoire accrue dans le pays et des conditions d’accueil inadéquates. Il a appelé à des solutions durables et à long terme et à une réponse coordonnée à l’échelle du pays, ainsi qu’à l’amélioration des capacités d’accueil. Il a en outre demandé qu’un soutien adéquat soit apporté aux communautés locales et que les capacités de traitement des demandes d’asile soient renforcées.

Le Parlement européen a tenu plusieurs débats en commission et en plénière concernant la situation des migrants aux frontières extérieures de l’UE, notamment sur les incidents de refoulement, les violations du droit à demander l’asile et des droits fondamentaux des migrants qui cherchent à entrer sur le territoire des États membres de l’UE. Vous pouvez suivre le débat plénier le plus récent, le 6 avril, ici.

 

Sylvie Guillaume

Publié le 2 juin 2022 à 15h06


Partager l’article

Actualités

Les derniers articles

Mobilité des étudiants de l’enseignement et de la formation professionelle
Communiqués

Mobilité des étudiants de l’enseignement et de la formation professionelle

PEGASUS en Grèce : de sérieuses alertes sur l’Etat de droit
Communiqués

PEGASUS en Grèce : de sérieuses alertes sur l’Etat de droit

sylvie-guillaume
Communiqués

Il faut protéger le droit à l’unité familiale

Contrôles aux frontières intérieures dans l’espace Schengen : il est temps de rétablir pleinement la libre circulation
Communiqués - Vidéos

Contrôles aux frontières intérieures dans l’espace Schengen : il est temps de rétablir pleinement la libre circulation