Technique ? non ! De l’impact des téléphones portables sur la qualité de l’environnement

Depuis 10 ans, la Commission encourage l’industrie à mettre au point des chargeurs universels pour les téléphones, tablettes, liseuses et autres appareils portables en scellant avec elle des accords pour réduire le nombre et la variété des chargeurs

Pourquoi ? Pour simplifier la vie des consommateurs en permettant d’emprunter facilement un chargeur, en stoppant leur accumulation dans les tiroirs, tout en réduisant les coûts liés à l’achat du téléphone et des chargeurs adaptés et, ultimement, pour réduire le volume des déchets électroniques … Ce ne serait pas du luxe à l’heure du Pacte Vert quand on considère que 54 téléphones portables sont vendus chaque seconde dans le monde soit 1,7 milliards par an, donc autant de chargeurs et que l’on pourrait épargner 50 millions tonnes de déchets électroniques par an dont 12,3 en Europe en 2016 (16,6 kg par habitant en moyenne)!

Pour rappel, une grande majorité des chargeurs suivent le sort des téléphones portables hors de fonctionnement : 47% trainent au fond des tiroirs, 25% sont donnés à des proches, 16% sont revendus et seulement 3% sont recyclés. Il est donc urgent d’aider les Européens à réduire l’empreinte environnementale de leur consommation.

Le problème c’est que depuis 10 ans rien n’a bougé. Après avoir enregistré des avancées comme la diminution entre 2009 et 2014 du nombre de types de chargeurs d’une trentaine à 3 principaux aujourd’hui (port micro-USB (50%), port USB-C (29%) et port Lightning d’Apple (21%), l’industrie ne semble plus volontaire arguant des nécessités liées à l’innovation et la situation se dégrade.

Le Parlement a donc décidé de changer de méthode et a adopté en janvier 2020 une résolution pour un chargeur universel pour les équipements radio-électriques avec pour objectif de contraindre les fabricants à rendre leurs téléphones compatibles afin que ce chargeur unique simplifie la vie du consommateur européen. La Commission européenne avait donc mandat de proposer des règles contraignantes d’ici juillet 2020 et avancer sur certains aspects connexes : assurer l’interopérabilité des différents chargeurs sans fils, réfléchir comment accroître la collecte et le recyclage de chargeurs dans les Etats membres, vendre séparément téléphones et chargeurs pour éviter la multiplication des chargeurs mais sans entraîner une hausse des prix pour les consommateurs.

La pandémie de Covid-19 a retardé la publication de l’étude d’impact attendue au premier trimestre 2020 mais celle-ci publiée cet été révèle malheureusement que la solution ne semble pas si facile à dessiner pour contenter toutes les parties prenantes. En effet, parmi les 5 options considérées pour atteindre l’objectif d’un chargeur universel, obliger à vendre séparément (ou découpler) chargeurs et câbles d’un côté et téléphones mobiles de l’autre serait l’option la plus efficace pour protéger l’environnement. Malheureusement, l’étude souligne que cette option serait perçue très négativement par les consommateurs qui considèrent encore important d’acheter des packs contenant téléphone et chargeur.

Malgré les chiffres alarmants des déchets électroniques, la voie n’est donc pas aisée entre des solutions atteignables et la renonciation des consommateurs aux modes de consommation antérieurs. C’est pourquoi les auteurs recommandent de procéder progressivement pour évaluer les effets potentiels de l’instauration de cette solution afin d’éviter de brusquer les consommateurs et d’engendrer frustrations et sentiments négatifs.

La proposition législative sur les chargeurs de la Commission doit être révélée courant septembre. Nous verrons alors vers quelles solutions la Commission s’orientera. Affaire à suivre…

Lien vers l’étude d’impact de la Commission européenne: https://ec.europa.eu/docsroom/documents/46651

 

Sylvie Guillaume

Publié le 9 septembre 2021 à 12h09


Partager l’article

Actualités

Les derniers articles

Mobilité des étudiants de l’enseignement et de la formation professionelle
Communiqués

Mobilité des étudiants de l’enseignement et de la formation professionelle

PEGASUS en Grèce : de sérieuses alertes sur l’Etat de droit
Communiqués

PEGASUS en Grèce : de sérieuses alertes sur l’Etat de droit

sylvie-guillaume
Communiqués

Il faut protéger le droit à l’unité familiale

Contrôles aux frontières intérieures dans l’espace Schengen : il est temps de rétablir pleinement la libre circulation
Communiqués - Vidéos

Contrôles aux frontières intérieures dans l’espace Schengen : il est temps de rétablir pleinement la libre circulation